wrapper

Flash info

Tenue des assises nationales sur l’éducation les 18, 19 et 20 novembre 2021 à Ouagadougou
Renouvellement des instances de la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso : Le scrutin prévu pour le dimanche 14 novembre 2021
Tenue de la 17e édition de la Semaine du numérique, du 9 au 13 novembre 2021 à Bobo-Dioulasso, sous le thème : « Projection à l'ère post Covid-19 : enjeux d'une transformation digitale réussie ».

Elle a le goût de la sueur. Oratrice talentueuse, maître de cérémonie incontournable, coach et formatrice, Ragnimwendé Eldaa Koama est l’une de ces jeunes filles qui forcent l’admiration et le respect de par leur talent. Au Burkina comme à l’international, elle a remporté plusieurs prix en art oratoire. Celle-là qui manie avec aisance le français et l’anglais a eu un baccalauréat série C. Elle est titulaire d’un master en management des systèmes informatiques et une licence en ingénierie des travaux informatiques et avec un bref parcours en fac de médecine (trois ans). Grâce à ses expériences, elle est aujourd’hui promotrice d’une entreprise évènementielle, Improv’you.


Eldaa Koama, un modèle de créativité pour les jeunes

Elle a le goût de la sueur. Oratrice talentueuse, maître de cérémonie incontournable, coach et formatrice, Ragnimwendé Eldaa Koama est l’une de ces jeunes filles qui forcent l’admiration et le respect de par leur talent. Au Burkina comme à l’international, elle a remporté plusieurs prix en art oratoire. Celle-là qui manie avec aisance le français et l’anglais a eu un baccalauréat série C. Elle est titulaire d’un master en management des systèmes informatiques et une licence en ingénierie des travaux informatiques et avec un bref parcours en fac de médecine (trois ans). Grâce à ses expériences, elle est aujourd’hui promotrice d’une entreprise évènementielle, Improv’you.

C’est avec son éternel sourire qu’elle nous a accueillis dans sa jeune entreprise, Improv’you, à Tanghin, dans le quatrième arrondissement de Ouagadougou. La parole, c’est son ‘’dada’’. Tout a commencé pour elle à l’âge de neuf ans quand elle a dû prendre la parole devant un public à l’occasion de la Noël pour souhaiter la bienvenue aux parents en tant que représentante des enfants à l’église.

« Ce jour-là, heureusement que le pupitre était bien en hauteur et personne ne voyait ce qui se passait en bas. Je tremblais comme pas possible. Mais à la fin de mon discours, un tonnerre d’applaudissements a envahi la salle. C’est à partir de cette expérience que j’ai véritablement senti que je peux être une grande oratrice », se remémore-t-elle.
Ce rêve, elle l’a entretenu jusqu’à l’université. Là-bas, la fille du pasteur qu’elle est participe à plusieurs conférences pour renforcer ses compétences.

« A l’université, on nous a informés qu’il y a une formation en art oratoire en anglais. J’ai juste saisi l’occasion pour me familiariser avec cette langue qui m’intéressais beaucoup ».
Après cette formation, la jeune entrepreneure de 27 ans effectue son baptême de feu à travers la compétition "dix minutes pour convaincre" avant de s’envoler pour le Ghana en 2015 pour une autre compétition d’art oratoire, cette fois-ci en anglais. Puis elle décide de se mesurer à d’autres orateurs au Liban en 2017 et 2018 où elle était respectivement demi-finaliste et finaliste.

« L’art oratoire est né de l’amour de la langue que j’avais », Eldaa Koama

La force du verbe

Personne consensuelle et populaire, le talent oratoire de Eldaa Koama lui a grandement offert des opportunités au Burkina comme ailleurs. Comme un cordonnier qui tisse la nouvelle corde au bout de l’ancienne, Eldaa Koama a su collectionner les talents.

Avec de nouvelles compétences en modération et maîtrise de cérémonie, l’heure de Eldaa Koama ne va pas tarder à sonner. En 2015 déjà, alors qu’elle était en deuxième année, elle se voit confier la direction de la cérémonie de la première édition de la conférence-débat internationale "African Model", organisée par l’ambassade des Etats-Unis à Ouagadougou.
Trois ans plus tard, en 2018, elle représente le Burkina Faso à un forum sous le thème « Youth and Civic Activism » aux Etats-Unis. Dans la même année, elle a été retenue pour la modération d’un forum des hommes et femmes d’affaires du Mali, Burkina, Niger au Pays-Bas.

Elle se rappelle encore comme si c’était hier de sa ‘’prestigieuse’’ présentation qui a été pour elle une rampe de lancement dans l’univers de la communication. « J’ai fait la maîtrise de cérémonie du Salon international du coton et du textile en présence du président du Faso et de la représentante du président de la Banque africaine de développement. Il y avait aussi des représentants de plusieurs pays. La veille, tout le comité d’organisation m’a prévenue : si je fais un faux pas, je ne vais plus jamais le rattraper. Je suis rentrée, j’ai prié Dieu. Mais quand j’ai fait l’animation de la cérémonie, c’était impeccable. L’invitée d’honneur qui était la représentante de la BAD a passé son temps à sourire et à parler au président du Faso. On m’a aussi rapporté que le président était content de ma prestation », se souvient-elle encore, arborant un large sourire qui traduit sa joie de 2020.

L’occasion faisant le larron, Eldaa profite de ses activités pour étoffer son carnet d’adresses à partir duquel elle développe un réseau de collaboration pour son business. En 2020, elle crée Improv’You, une entreprise d’évènementiels qui inscrit parmi ses objectifs la mise en relation de jeunes entrepreneurs. L’entreprise du coach Eldaa Koama offre également des formations et oriente les pépites d’entreprises dans leurs différents choix en matière d’investissement.

Major du primaire à l’université

Il faut dire que tous ces succès ne sont pas dus au hasard. Depuis l’enfance, elle a fait le choix de s’investir à fond dans tout ce qu’elle entreprend. C’est ainsi qu’après l’obtention de son BEPC en 2009 au collège des jeunes filles de Loumbila, Eldaa Koama est orientée en série C parce que très brillante dans les matières scientifiques. « Que ce soit en série A ou C, j’étais disposée à y aller parce que j’étais aussi très forte dans les matières littéraires. Mais j’avoue que j’aimais beaucoup les langues », confie-t-elle.

En 2012, elle décroche un bac C au collège Saint Jean-Baptiste de la Salle à Ouagadougou. Le précieux sésame en poche, la brillante élève envisage de poursuivre ses études au Maroc. Mais ce rêve va s’écrouler comme un château de cartes à cause de certaines difficultés. Un moment d’incertitude s’installe après ce rêve brisé puisqu’elle a fait une année blanche. Finalement, elle s’inscrit en informatique à l’université Aube Nouvelle. « Avec les conseils de ma tante, je me suis inscrite en informatique puisqu’elle m’a dit que c’était une filière d’avenir », nous relate cette chrétienne qui a visiblement du mal à aligner deux phrases sans évoquer Dieu.

A Aube Nouvelle, elle sort major de sa promotion, avec à la clé une licence en ingénierie des travaux informatiques en 2016. Au regard de ses performances, le fondateur de l’établissement lui accorde une bourse en cycle master. Une bourse qu’il n’avait jamais offerte auparavant à un étudiant après la licence. « Cette bourse m’a permis de découvrir une autre facette du génie informatique », dit-elle. Ainsi en 2019, elle obtient un master 2 en management des systèmes d’information.

Pendant qu’elle était en troisième année dans cette université privée, elle s’était aussi inscrite en médecine où elle a passé trois ans avant de jeter l’éponge pour des contraintes professionnelles. « Non seulement je travaillais à l’époque, mais j’étais aussi à Aube Nouvelle. Il était difficile pour moi de concilier les deux études et le travail en même temps. Il fallait opérer des choix ». Elle choisit alors de laisser tomber ses études de médecine qu’elle adorait pourtant.

« Improv’you compte proposer des choses intéressantes dans les jours à venir », Eldaa Koama

Une vie rangée

Toutes les prouesses réalisées par Ragnimwendé Eldaa Koama ont été possible grâce à des principes qu’elle s’est édictés. Rigueur dans le travail et la soif du savoir sont, entre autres, la boussole qui a guidé au quotidien la jeune dame. « La meilleure manière de résister aux tentations, c’est d’avoir une tête pleine de savoirs », indique Eldaa Koama, qui dit avoir opposé ses compétences aux « propositions indécentes de certaine personnes ».

« Quand on n’a rien dans la tête, on cède facilement à certaines avances », a soutenu la patronne de Improv’you, en indexant des documents sur son bureau, comme pour dire qu’elle passe son temps dans la lecture. « Il faut fuir ceux qui ne veulent pas vous aider à avancer », a-t-elle poursuivi, conseillant de toujours aller à la recherche du savoir car c’est à ce prix qu’on jugera votre valeur.

Dans la vie associative, Eldaa est responsable de plusieurs organisations et associations. Elle est l’initiatrice et présidente de l’association fenêtre d’Afrique qui a pour objectif la création d’opportunités et la promotion du patrimoine africain. Elle est aussi coordonnatrice-pays (Burkina Faso) pour le Forum africain des femmes leaders (FAFEL), etc.

*En attendant de convoler en justes noces avec "l’homme selon le coeur de Dieu" comme elle le dit si bien son prénom "Ragnimwendé", Eldaa est épanouie dans son célibat et s’attèle à l’écriture d’un ouvrage sur l’art oratoire dont la parution est prévue pour octobre prochain.

(Source : Serge Ika Ki (stagiaire)-Lefaso.net)

POSTER UN COMMENTAIRE

Les champs marqués par un astérisque (*) sont obligatoire.