wrapper

Flash info

17 au 19 juin 2021 : Dialogue politique.à Ouagadougou. Opposition et majorité se pencheront sur la situation sécuritaire et un projet de relecture à minima du Code électoral dans la perspective des ...
Troisième édition de la Journée nationale de l’arbre (JNA) prévue le 7 août 2021 à Ziniaré. Cette édition 2021 est placée sous le thème : « Arbre, identité culturelle et cohésion sociale ».
7-8 juin 2021 à Ouagadougou : 1ère édition du Forum national sur le commerce électronique, organisée par le ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat, en partenariat avec le PNUD
La Suisse a soutenu mercredi 9 juin 2021, le gouvernement burkinabè avec la somme totale de 2,4 milliards de FCFA pour la résolution des questions de vulnérabilités alimentaires et pastorales dans le pays.

 

«Ce matin, il  y a  un point clé qui consiste à signer une convention avec la Suisse pour pouvoir renforcer  les capacités financières de notre dispositif alimentaire », a affirmé le président du Comité technique du conseil national de sécurité alimentaire (CT-CNSA), Yassia Kindo.

Pour lui, la coopération suisse a bien  voulu apporter sa contribution à hauteur de 2, 4 milliards de  FCFA, à travers le Fonds d’appui à la sécuritaire alimentaire (FASA) au Burkina Faso.

A l’en croire, le  partenariat avec la Suisse  permettra au dispositif burkinabè d’être plus «opérationnel» sur le terrain en résolvant les questions de vulnérabilités et de pastoralismes.

M. Kindo, par ailleurs, Secrétaire général (SG) du ministère en charge de l’Agriculture,  s’exprimait  mercredi à Ouagadougou, à l’occasion d’une cérémonie de signature entre la Suisse et le gouvernement burkinabè.

Yassia Kindo a  précisé que la  rencontre marque également la réunion statutaire  du  CT-CNSA qui se tient chaque mois avec l’ensemble des  Partenaires techniques et financiers (PTF) , des acteurs non étatiques et des départements ministériels sur la question de  la sécurité alimentaire et nutritionnelle.

«Nous profitons de l’occasion  pour lancer un appel  à l’ensemble des partenaires afin qu’ils puissent davantage contribuer à ce que notre dispositif soit plus fort pour répondre aux défis actuels du moment, en matière de sécurité alimentaire», a-t-il soutenu.

Sur la situation des stocks alimentaires, le président du CT-CNSA  a noté que le Burkina était à  quelques mois  à près de 82 mille tonnes de vivres.

Le Secrétaire Général du ministère en charge de l’Agriculture a aussi signifié    que le  pays  a pu mobiliser  10 mille tonnes pour la gestion des  personnes déplacées internes.

A l’entendre 30 mille tonnes  leur ont été livrées tout récemment et le besoin actuel se chiffre  à 35 mille  tonnes, à cause de la recrudescence des attaques terroristes.

Yassia Kindo a affirmé que l’ensemble des ministres du secteur rural ont estimé que les 35 mille tonnes ne sont pas à la hauteur des attentes et ont exigé un rapport circonstancié afin de faire l’Etat des lieux dans le pays.

Selon le chef de file de la coopération suisse, Jean Michel Limat,  les bailleurs de fonds doivent accompagner le Burkina Faso à assurer sa souveraineté alimentaire.

M. Limat a fait observer que le geste de son pays à travers le FASA se veut être une  réponse à la politique alimentaire au Burkina.

A ses dires, les stocks conventionnels sont insuffisants  à la gestion des crises et il est important que ces stocks soient renouvelés pour répondre aux attentes des populations.

«C’est pour cela que la  Suisse accompagne ce fonds pour les quatre prochaines années pour un montant de 2, 4 milliards de FFCA », a-t-il indiqué.

En rappel, au mois de mars dernier,  le Bureau de la coordination des affaires humanisations des Nations unies (OCHA) a  indiqué  que 2, 9 millions de personnes ont besoin d’assistance alimentaire au Burkina Faso.

 

(Source : Agence d’information du Burkina-NO/ata/ak)

 

POSTER UN COMMENTAIRE

Les champs marqués par un astérisque (*) sont obligatoire.