wrapper

Flash info

5 décembre 2022 : Célébration de la Journée internationale des volontaires (JIV) pour le développement économique et social, édition 2022.
La Semaine nationale de la culture qui devait se tenir du 26 novembre au 3 décembre 2022, a été reportée par le gouvenement, à cause de majeurs défis organisationnels
Le nouveau gouverneur de la BCEAO, Ivoirien et ancien président de la Commission de la CEDEAO, Jean-Claude Kassi Brou sera installé vendredi 25 novembre 2022 à Dakar
 L’Association Zak La Yilguemdé (AZLY) a animé du 7 au 14 novembre 2022, dans les communes de Béré, Bindé, Guiba et Gogo (province du Zoundwéogo) des sessions d’informations et de sensibilisation des leaders communautaires locaux sur la justice universelle et la résolution 1325 des Nations unies exhortant le Burkina Faso et les autres pays signataires à renforcer l’implication des femmes dans la résolution des conflits.

L’objectif visé à travers ces rencontres était de mieux éclairer les leaders des communautés locales sur l’intérêt de la participation pleine et égale des femmes à la recherche de la paix et la sécurité, a indiqué le chargé de projet de l'AZLY, Emile Ouédraogo.

Il s’agissait aussi de recueillir auprès des participants les suggestions et recommandations d’ordre stratégique et opérationnel pour la mise en pratique de la justice universelle et la résolution 1325 du Conseil de Sécurité des Nations unies ratifiée par le Burkina Faso, a-t-il indiqué.

La résolution 1325 qui a été, en effet, l’un des centres d’intérêt lors des échanges, à Béré, Bindé, Guiba et Gogo, fait observer que les femmes et les filles subissent, le plus souvent, l’impact des conflits armés de façon disproportionnée et singulière.

Les femmes contribuent, reconnait également ladite résolution, dans la prévention et la résolution des conflits ainsi que le maintien et la préservation de la paix.

Aussi, selon le Conseil de sécurité des Nations unies, à travers sa résolution 1325, elles ont, de ce fait, un rôle important à jouer dans le processus de recherche et de consolidation de la paix.

Dans sa communication à la session de Guiba, Emile Ouédraogo a expliqué que la situation sécuritaire du Burkina Faso, marquée par les attaques terroristes à répétition, impose ainsi que le pays travaille à rendre davantage effective cette approche inclusive dans la recherche de la paix. En ratifiant la résolution 1325, le pays s’est d’ailleurs engagé dans ce sens, a-t-il rappelé avant d’exhorter les participants à œuvrer également dans la même dynamique.

« Pour une paix durable, impliquons les femmes au processus de paix et de sécurité », a insisté M. Ouédraogo.

Les ateliers d’informations et de sensibilisation qui se sont tenus à Béré, Bindé, Guiba et Gogo ont réuni une soixantaine de participants à chacune des sessions.

Ces activités entrent dans le cadre de l’exécution du projet « Femmes, Jeunes et Personnes déplacées internes pour la cohésion sociale au Centre-sud (FJPDI/2CS) » mis en œuvre en consortium par la Plate-forme d’Actions pour la Sécurisation des Ménages pastoraux (PASMEP), l’Association Song-Taaba des femmes du Burkina (ASTFB) et l’association Zak La Yilguemdé (AZLY) avec l’appui financier du Fonds commun Genre (FCG).

Outre la province du Zoundwéogo, dans la région du Centre-sud, le FJPDI/2CS intervient également dans des communes des provinces du Bazèga et du Nahouri.

 

(Source : Agence d’information du Burkina-Mamady ZANGO-https://www.aib.media/2022/11/22/zoundweogo-les-femmes-encouragees-a-simpliquer-dans-la-resolution-des-conflits/)

POSTER UN COMMENTAIRE

Les champs marqués par un astérisque (*) sont obligatoire.