wrapper

Flash info

5 décembre 2022 : Célébration de la Journée internationale des volontaires (JIV) pour le développement économique et social, édition 2022.
La Semaine nationale de la culture qui devait se tenir du 26 novembre au 3 décembre 2022, a été reportée par le gouvenement, à cause de majeurs défis organisationnels
Le nouveau gouverneur de la BCEAO, Ivoirien et ancien président de la Commission de la CEDEAO, Jean-Claude Kassi Brou sera installé vendredi 25 novembre 2022 à Dakar

S'étendant sur six pays, le bassin du Congo est le plus grand puits de carbone au monde. À l'occasion de la COP-27 de l'Afrique, des voix centrafricaines appellent à l'adaptation. En collaboration avec les gouvernements, des initiatives régionales comme le Fonds bleu pour le bassin du Congo et des partenaires tels que l'Initiative pour la forêt de l’Afrique centrale, le Fonds de partenariat pour le carbone forestier (FCPF), le Programme d'investissement forestier, le Fonds pour l'environnement mondial, PROGREEN et REDD+, la Banque mondiale s'engage à soutenir un développement intelligent des forêts dans le Bassin du Congo, en plaçant les populations à son centre.

 
The World Bank

Crédit photo : Banque mondiale

Connu comme le « poumon de l'Afrique », le bassin du Congo est le plus grand puits de carbone au monde, absorbant plus de carbone que l'Amazonie.

S'étendant sur six pays, sa forêt tropicale assure la sécurité alimentaire et constitue une planche de salut essentielle pour les populations autochtones et locales, ainsi qu'un habitat crucial pour les espèces menacées. La préservation des forêts du bassin du Congo est vitale non seulement pour l'avenir de l'Afrique, mais aussi pour celui du monde entier.

Les efforts mondiaux visant à lutter contre les effets du changement climatique et la perte de biodiversité dépendront de la préservation de cet écosystème riche et luxuriant. Le Gabon absorbe chaque année des émissions de carbone équivalentes à un tiers du total annuel de la France. La République du Congo absorbe à elle seule 1,5 % de l'ensemble des émissions annuelles de carbone dans le monde.

Cependant, la région est de plus en plus menacée par la déforestation, la dégradation de l'environnement, l'augmentation de la population et l'impact du changement climatique. Environ 575 000 Congolais vivent dans des zones forestières et dépendent de cet écosystème fragile pour leur subsistance, ce qui met à rude épreuve la protection de la biodiversité. Au Cameroun, la sécurité alimentaire, la dégradation des sols et les sécheresses exacerbent les conflits liés à la raréfaction des ressources naturelles.

Des actions climatiques sont nécessaires pour aider les pays du bassin du Congo à poursuivre un développement vert, résilient et inclusif qui leur permette de préserver leurs ressources naturelles tout en maintenant les moyens de subsistance et en stimulant la diversification économique.

 

(Source : Banque mondiale)

POSTER UN COMMENTAIRE

Les champs marqués par un astérisque (*) sont obligatoire.