wrapper

Flash info

La 6è conférence ouest Africaine sur l’agriculture biologique se tiendra du 23 au 26 novembre prochain à Ouagadougou
Ouverture du procès de l’assassinat de Thomas Sankara et ses compagnons le 11 octobre 2021 à Ouagadougou
27e édition du FESPACO du 16 au 23 octobre 2021. Thème : « Cinéma d’Afrique et de la diaspora : Nouveaux talents, nouveaux défis »
Le ministère de l’Eau et de lAassainissement tient sa deuxième session ordinaire le mardi 5 octobre 2021 à Ouagadougou. Cette deuxième session s’inscrit dans la concertation pour la mise en place d’un cadre partenarial (CaPa). Il s’agira, au cours de ces échanges, d’harmoniser les positions du gouvernement et celles des partenaires techniques et financiers (PTF) afin d’améliorer le secteur eau et assainissement au Burkina Faso.

Ministère de l’Eau et de l’assainissement : Les politiques de renforcement du secteur au cœur de la 2e session

C’est un cadre de dialogue qui réunit trois entités. Il s’agit du ministère de l’Eau et de l’assainissement ; le ministère de l’Economie ; les partenaires techniques et financiers. Durant cette session, les acteurs vont échanger sur les mécanismes de financement et de renforcement de la politique du secteur de l’eau et de l’assainissement.
Selon le secrétaire général du ministère de l’Eau et de l’assainissement, Alassoun Sori, « ce cadre d’échanges a pour objectif d’établir la concertation et le dialogue entre le gouvernement et les partenaires techniques et financiers (PTF) pour améliorer l’efficacité de l’aide dans le sous-secteur eau et assainissement ».

Le secrétaire général du ministère de l’Eau et de l'Assainissement, Alassoun Sori, sollicite l’accompagnement des partenaires

En tant que représentant de son ministre, le secrétaire général a laissé entendre que les indications en matière d’assainissement nécessitent une amélioration. A l’en croire, 19% de la population burkinabè ont accès à l’assainissement et 60% en milieu rural continuent la défécation à l’air libre. Face à ce constat, poursuit-il, il y a lieu de changer le fusil d’épaule afin de garantir un meilleur accès à l’assainissement. C’est dans cette perspective que le cadre a été mis en place, a-t-il précisé.
Pour mieux affronter ces défis, le ministère et ses partenaires ont déposé plusieurs sujets sur la table des échanges.

Les partenaires saluent le cadre du dialogue

Il s’agit, entre autres, des orientations de la réflexion sur la mise en œuvre de l’assainissement total piloté par les communautés (ATPC) ; du cadre stratégique de gestion de la filière de l’assainissement des eaux usées et excréta (mélange de selles et d’urines humaines) ; du projet de décret portant réglementation de l’assainissement des eaux usées et excrétas, le financement de la situation de référence du dispositif intégré de suivi évaluation ; de l’état d’avancement du projet de création de la nouvelle agence pour l’assainissement.

En plus, ajoute Alassoun Sori, « nous allons échanger avec nos partenaires sur notre participation à la table ronde des bailleurs de fonds du Plan national de développement économique et social (PNDES 2) ». Ainsi, tout en reconnaissant les efforts du gouvernement, il a plaidé pour un engagement « fort » des partenaires afin d’atteindre les objectifs. « Garantir l’accès de tous à l’eau et à l’assainissement et assurer une gestion durable des ressources en eau à l’horizon 2030 », est l’un des objectifs principaux fixés par le ministère.

Le représentant des partenaires, Ousmane Yaya Bocoum, dit prendre note des conclusions des échanges

Un cadre d’échange salué par les partenaires

De l’avis de Ousmane Yaya Bocoum, représentant du chef de file des PTF du groupe "environnement eau et assainissement", ce cadre d’échanges est à saluer au regard des indicateurs du secteur. Il a laissé entendre que le cadre dialogue est une occasion de s’informer et d’échanger sur les différentes thématiques élaborées à l’occasion, avant d’annoncer leur accompagnement pour l’initiative. « A la suite des échanges, nous allons voir comment on peut mieux accompagner le ministère dans cette lutte pour l’assainissement », a confié Ousmane Yaya Bocoum.

Les conclusions de ces échanges devront permettre de renforcer le dialogue entre les PTF et le gouvernement en vue de contribuer à l’atteinte des Objectifs du développement durable (ODD).

(Source : Serge ika Ki (stagiaire)-Lefaso.net)

 

Last modified on Wednesday, 06 October 2021

POSTER UN COMMENTAIRE

Les champs marqués par un astérisque (*) sont obligatoire.