wrapper

Flash info

La 6è conférence ouest Africaine sur l’agriculture biologique se tiendra du 23 au 26 novembre prochain à Ouagadougou
Ouverture du procès de l’assassinat de Thomas Sankara et ses compagnons le 11 octobre 2021 à Ouagadougou
27e édition du FESPACO du 16 au 23 octobre 2021. Thème : « Cinéma d’Afrique et de la diaspora : Nouveaux talents, nouveaux défis »

 Le ministère en charge de l’Environnement a organisé le mercredi 29 septembre 2021, un atelier pour donner les recommandations d’une étude sur la fiscalité environnementale aux acteurs de la société civile et du privé, pour qu’ils comprennent davantage la notion d’éco fiscalité.

Pour le directeur général de l’Economie verte et du changement climatique Pamoussa Ouédraogo, cette étude sur la fiscalité environnementale est « comme une réforme structurante pour pouvoir permettre d’inverser les tendances et mieux adopter les comportements éco citoyens ».

Il a indiqué que la société civile et le secteur privé ont un rôle important à jouer dans le processus de transformation de nos comportements.

« Cette démarche du Gouvernement permettra aux acteurs nationaux d’être outillés et de jouer le rôle de plaidoyer, d’interpellation, de veille et d’alerte de la société sur les maux » a indiqué monsieur Ouédraogo.

Le Burkina Faso s’est engagé depuis 2010 dans un processus de transition vers une économie verte et inclusive avec l’adoption en 2019, d’une Stratégie nationale d’économie verte (SNEV).

Le directeur général a assuré que la mise en place d’une politique fiscale environnementale va permettre la préservation de l’environnement à travers l’adoption de modes de consommation et de production durables.

La première phase de l’étude, démarrée en 2019 a permis de relever 50 mesures éco fiscales mises en œuvre au Burkina Faso de 2014 à 2019.

La seconde phase lancée en 2020 a permis de disposer d’un scénario dit réaliste d’une réforme de la fiscalité environnementale du Burkina Faso assortie d’un projet de plan de mise en œuvre.

L’étude a été financée par la Coopération Luxembourgeoise à travers le programme d’Appui  à la gestion durable des ressources forestières (AGREF).

 

(Source : Agence d’information du Burkina-HB/wis)

POSTER UN COMMENTAIRE

Les champs marqués par un astérisque (*) sont obligatoire.