wrapper

Flash info

17 au 19 juin 2021 : Dialogue politique.à Ouagadougou. Opposition et majorité se pencheront sur la situation sécuritaire et un projet de relecture à minima du Code électoral dans la perspective des ...
Troisième édition de la Journée nationale de l’arbre (JNA) prévue le 7 août 2021 à Ziniaré. Cette édition 2021 est placée sous le thème : « Arbre, identité culturelle et cohésion sociale ».
7-8 juin 2021 à Ouagadougou : 1ère édition du Forum national sur le commerce électronique, organisée par le ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat, en partenariat avec le PNUD

Le projet dénommé « Eau et assainissement de Koubri, phase 1 » a été lancé le samedi 22 mai 2021, à Boussouma, village située à une quinzaine de kilomètre de la commune de Koubri. Ce projet est mené par l’organisation non gouvernementale (ONG) « Hydraulique sans frontière », maître d’œuvre et la commune de Koubri, maître d’ouvrage délégué. L’Association Terre solidaire, connaissance, partage et développement est partenaire local du projet. Le coup global de cette initiative est estimé à plus de 247 millions de francs CFA. Il a une durée de 16 mois.


Commune de Koubri : L’ONG « Hydraulique sans frontière » lance un projet « Eau et assainissement » à Boussouma

L’organisation non gouvernementale (ONG) « Hydraulique sans frontière » est résolument tournée vers le bien être de la population burkinabè d’une façon générale. Elle est engagée dans le monde entier dans le domaine de l’eau et de l’assainissement. Avec son partenaire local, « Association Terre solidaire, connaissance, partage et développement », elle a lancé ce samedi 22 mai 2021, le projet « Eau et assainissement de Koubri, phase 1 », à Boussouma, village situé à 15 kilomètres de Koubri. Cette initiative vise à construire pour ladite commune, des forages équipés de pompes à motricité humaine et de pompes solaires, des latrines, des boutiques multiservices, de la formation en hygiène et de l’accompagnement institutionnel.

D’après Lucien Delorme, représentant de l’ONG « Hydraulique sans frontière », sa structure est une ONG de développement spécialisée dans le domaine de l’eau et de l’assainissement, et dans l’accompagnement des villageois. « Le présent projet a été longuement mûri. Il comporte plusieurs volets. Il s’agit de la construction de latrines, le volet eau avec la construction des pompes à motricité humaine mais aussi une installation solaire conséquente dans le secteur 5 de Koubri, des boutiques multiservices pour des activités économiques. On formera à l’hygiène et on accompagnera institutionnellement les bénéficiaires pour les aider à la bonne gestion des infrastructures », a-t-il détaillé. Les bras financiers de ce projet sont le Syndicat du lac d’Annecy, l’Agence de l’eau Rhône méditerranée corse, la Métropole de Bordeaux et celle de Rouen, a cité M. Delorme.

Une épine de moins dans les pieds

Le responsable de l’« Association Terre solidaire, connaissance partagée et développement », Philibert Belem, a indiqué que cette initiative est née d’un constat. « D’une façon générale en Afrique, il y a une pénurie d’eau alors qu’elle est source de vie. Nous avons donc élaboré ce projet pour soulager un tant soit peu, le calvaire de nos populations », a-t-il confié. « Le coût global du projet s’élève à plus de 247 322 680 millions de francs CFA », a-t-il fait savoir.

En plus de ce projet dédié à la commune de Koubri, le responsable de l’Association Terre solidaire, connaissance partagée et développement a laissé entendre qu’il exploite également une ferme pédagogique dont l’installation hydraulique a été faite par l’ONG. Dans cette ferme, il propose des stages à tous ceux qui désirent se lancer dans l’agriculture surtout écologique. « J’ai reçu et formé plusieurs stagiaires à cet effet », a-t-il déclaré. Ce projet, a-t-il terminé, ne se limite pas seulement au village de Boussouma, il couvre toute la commune de Koubri.

Asséta Ouédraogo est conseillère à Boussouma. Pour elle, l’avènement de ce projet dans leur localité est une épine de moins dans les pieds, car des fontaines et des latrines, ils en ont besoin. « Il diminuera notre corvée d’eau quotidienne. Nous avions un peu d’eau mais ça ne suffit pas. Les latrines aussi vont nous éviter de faire nos besoins à l’aire libre toute chose qui nous préservera des maladies », s’est-elle réjouie.

Delwendé Rouamba est aussi un ressortissant de Boussouma. « Nous avons eu l’écho de ce projet. Aujourd’hui c’est le lancement officiel. Nous sommes très heureux car toute la localité en bénéficiera. Ce genre d’initiative est à encourager pour le bonheur des populations vulnérables », a-t-il suggéré.

(Source : Obissa Juste MIEN-Lefaso.net)

Last modified on Monday, 24 May 2021

POSTER UN COMMENTAIRE

Les champs marqués par un astérisque (*) sont obligatoire.