wrapper

Flash info

Tenue le 26 août 2022 de rencontres d’échanges entre le Premier ministre et les acteurs sociopolitiques, économiques, coutumiers et religieux sur l’actualisation du planning de l’agenda de la ...
Commémoration conjointe des journées internationales de la paix et de la tolérance, du 21 septembre au 16 novembre 2022.Thème : "Réconciliation nationale et cohésion sociale au Burkina : enjeux, ...
16e édition du SIAO du 28 octobre au 6 novembre 2022 autour du thème : "Artisanat africain, levier du développement et facteur de résilience des populations"

 Le président du Conseil régional du Centre, Éric Tiemtoré, et son équipe dressent le bilan de cinq années de gestion. L’activité, qui s’est tenue dans la soirée du mardi 3 août 2021 à Ouagadougou, a mobilisé également des partenaires dont des organisations de la société civile. Un bilan jugé, à l’arrivée, satisfaisant par les partenaires.

Conseil régional du Centre : Un mandat quinquennal satisfaisant, en dépit des difficultés

Le président du Conseil régional du Centre, Éric Tiemtoré, et son équipe dressent le bilan de cinq années de gestion. L’activité, qui s’est tenue dans la soirée du mardi 3 août 2021 à Ouagadougou, a mobilisé également des partenaires dont des organisations de la société civile. Un bilan jugé, à l’arrivée, satisfaisant par les partenaires.

« A l’horizon 2030, le Centre, une région bâtie sur les valeurs de solidarité, d’équité et de bonne gouvernance pour un développement économique durable, créateur de richesses et d’emplois décents pour tous ». C’est la vision autour de laquelle, Éric Tiemtoré et son équipe conduisent le Conseil régional du Centre.

Pour Éric Tiemtoré, la gouvernance locale exigeant la redevabilité, son Conseil se devait de se soumettre à ce bilan de fin de mandat (le mandat des collectivités territoriales qui devait prendre fin en mai 2021 s’est vu prolongé à mai 2022 pour des impératifs politico-administratifs). S’ouvrant, par-là, aux critiques et suggestions des populations à travers les participants à l’activité-bilan, le président du Conseil régional du Centre a d’abord expliqué comment s’élabore le budget du Conseil régional (démarche participative) et comment il est exécuté sur le terrain.

Au terme donc de son mandat, Éric Tiemtoré a présenté un rapport qui fait ressortir de nombreuses réalisations et actions dans les secteurs socio-économiques (santé, éducation, désenclavement, humanitaire, environnement, emploi-jeune, etc.).

Vue partielle des participants, avec au premier plan à gauche, le président du CNOSC, Jonas Hien

Un zoom dans le domaine de l’éducation et la formation professionnelle montre, par exemple, que le Conseil régional du Centre a pu réaliser entre autres la construction d’écoles et l’équipement de centres de métiers dans les communes rurales de Pabré, Komki-Ipala, Koubri, Komsilga, Saaba et Tanghin-Dassouri, assurer la formation de 100 femmes de l’arrondissement N°10 de Ouagadougou sur « les techniques de production du savon de lessive, de toilette et liquide », ainsi que de 100 jeunes sur « les techniques d’aviculture traditionnelle améliorée ». Aussi a-t-il acquis 1 200 tables-bancs au profit des douze arrondissements de la commune. Tout cela, grâce au financement de partenaires tels que le Fonds pour le développement des collectivités territoriales (FPDCT) et le FAFPA.

Dans les domaines sportifs et culturels, le Conseil régional a, entre autres, organisé la semaine régionale de la culture en 2017 et 2019 dans les communes rurales de Saaba et de Tanghin-Dassouri ; accompagné des artistes à la Semaine nationale de la Culture 2018 (à Bobo-Dioulasso) ; soutenir financièrement et parrainé plusieurs festivals, organiser deux éditions de la coupe du Conseil régional du Centre.

Tous les secteurs de la vie au quotidien des populations brassés
Dans le volet infrastructures de désenclavement, plusieurs acquis ont été également engrangés, parmi lesquels, les travaux d’entretien routier d’environ 70 kilomètres de pistes rurales (à Koubri, Tanghin-Dassouri, Komsilga et Komki-Ipala), la réalisation d’ouvrages de franchissement (arrondissements N°03, 04, 09, 10, 12, et communes rurales de Pabré, Saaba, Komki-Ipala et Tanghin-Dassouri).

En matière d’eau, d’assainissement et de sécurité alimentaire, l’institution a, à son actif et parmi tant d’autres résultats, la réalisation de 58 puits agricoles à Pabré, Komki-Ipala, Saaba et Komsilga ; la construction de 64 forages positifs dans les communes rurales et les arrondissements N°03, 07, 09 et 11 ; la réhabilitation des entrepôts frigorifiques de l’ex-UCOBAM (Union des Coopératives agricoles et maraîchères du Burkina) sis arrondissement N°1.

Eric Tiemtoré (milieu) et des proches collaborateurs, pendant les échanges avec les participants, à la suite de la présentation du rapport d’activités

Dans le secteur de la santé, on recense par exemples l’acquisition d’équipements médico-techniques en 2018 et en 2019 pour les Centres de santé et de promotion sociale (CSPS) des communes rurales et des arrondissements, l’acquisition de deux ambulances pour les CSPS de l’arrondissement N°05 et le CMA (Centre médical avec antenne chirurgicale) de Pissy, l’acquisition et don d’une couveuse à l’hôpital Saint-Camille et aux communes rurales et arrondissements.

Outre ces volets, le Conseil régional du Centre a été actif dans le social avec des actions envers des autorités coutumières et religieuses, des pensionnaires de la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (MACO), des couches vulnérables, etc.

Dans le cadre de la lutte contre la pandémie du COVID-19, le Conseil régional a aussi mené plusieurs actions, dont le don de matériel sanitaire et de dispositif de lavage de mains à la direction régionale de la santé du Centre et au comité régional de suivi.

De la lutte contre l’insécurité aux actions de protection de l’environnement en passant par la coopération décentralisée, l’économie informelle et le développement même de l’institution Conseil régional du Centre, rien n’a échappé à la volonté de changement d’Éric Tiemtoré et son Conseil (trouver plus de détails sur le site web de l’institution : https://www.lecentre.bf/ ).
Satisfaction d’avoir apporté une plus-value

A en croire son président, la grande satisfaction pour le Conseil régional du Centre, c’est d’avoir pu développer des initiatives pour accroître son budget. De l’avis de M. Tiemtoré, le plus important pour un élu, un responsable, c’est de constater qu’à la fin de son mandat, il y a une plus-value par rapport aux activités de son prédécesseur. En plus d’avoir pu ériger son propre siège R+3 sur fonds propres, le Conseil régional du Centre a acquis un bus (de 65 places) qu’il va mettre en location (pour élargir ses sources de mobilisation de fonds).

Le président Éric Tiemtoré a saisi le moment pour également témoigner les reconnaissances aux partenaires du Conseil régional du Centre

Plusieurs projets sont donc en cours dans tous les secteurs de la vie et ce, en dépit des difficultés rencontrées au cours de ce mandat. Au nombre de ces difficultés, le contexte sécuritaire difficile, l’apparition de la pandémie du COVID-19, les transferts tardifs des Fonds et l’absence d’orientations claires sur l’éligibilité des investissements, la lourdeur administrative. « Nous avons connu trois marchés résiliés par la faute de la moins-disance. A un certain moment, lorsque l’attributaire (entreprise, ndlr) est déclarée, elle se dit plus tard qu’elle ne peut pas réaliser l’activité, et quand vous êtes hors-délai, vous êtes obligés de résilier.

Malheureusement, le programme que le Conseil régional du Centre conduit est référé à celui du président du Faso. Vous comprenez donc que non seulement nous mettons les populations de la région du Centre en retard, mais nous ne contribuons pas non plus à permettre au président (du Faso) de dérouler son programme », a, en illustration, brandi Éric Tiemtoré.

D’où les recommandations pour la mise à disposition à bonne date des arrêtés de transfert, préciser davantage les critères d’éligibilité des investissements, revoir à la hausse la clé de répartition du Fonds minier au profit des régions, définir des procédures spéciales en matière de passation des marchés publics pour faciliter l’exécution des investissements du Fonds minier.

Un travail loué par le président du Conseil national des organisations de la société civile (CNOSC), Jonas Hien, dont la faîtière se présente aujourd’hui comme une organisation de veille à la bonne gouvernance.

Pour mémoire, la région du Centre se compose de la commune urbaine de Ouagadougou avec ses douze arrondissements et de cinq communes rurales (Pabré, partie nord de Ouagadougou ; Saaba, côté sud-est ; Koubri, Sud de Ouagadougou ; Komki-Ipala, Sud-Ouest et Tanghin-Dassouri, Ouest de la capitale). La région du Centre partage le même espace territorial que la province, le Kadiogo, dont Ouagadougou constitue donc les chefs-lieux.

(Source : Oumar L. Ouédraogo-Lefaso.net)