wrapper

Flash info

5 décembre 2022 : Célébration de la Journée internationale des volontaires (JIV) pour le développement économique et social, édition 2022.
La Semaine nationale de la culture qui devait se tenir du 26 novembre au 3 décembre 2022, a été reportée par le gouvenement, à cause de majeurs défis organisationnels
Le nouveau gouverneur de la BCEAO, Ivoirien et ancien président de la Commission de la CEDEAO, Jean-Claude Kassi Brou sera installé vendredi 25 novembre 2022 à Dakar

Région du mois


Dans le cadre de la mise en œuvre de la politique de développement du Burkina Faso, le ministère de l’Economie, des Finances et du Développement a élaboré et mis en place le Programme d’appui au développement des économies locales (PADEL), pour opérationnaliser le PNDES. Il a été lancé le 4 novembre 2016 et a pour objectif de contribuer à l’amélioration des conditions socio-économiques de base des populations. Il est exécuté à travers quatre composantes, dont la composante 1, Développement des filières porteuses et transformation des unités de production informelles. Cet atelier, dont l’objectif général est d’échanger avec les acteurs de la région du Nord sur les activités de la composante 1 du PADEL, a mis un accent particulier sur les filières économiques porteuses à promouvoir. Pour le Haut-Commissaire de la région, Séni KABOU, après l’opérationnalisation des composantes 2 et 4, c’est au tour de la composante 1 de réunir l’ensemble des acteurs. Cette composante, gérée par le Programme de transformation et de modernisation des économies informelles (PTMEI), vise à initier des actions permettant de relever des contraintes qui entravent l’optimisation des filières et à les opérationnaliser en vue de créer des emplois et des opportunités de revenus au profit des populations.

Les filières porteuses identifiées par les acteurs de la région

Cette activité marque le début des activités de la composante I dans la région du Nord. Pour Lionel KABORÉ, chargé de développement des entreprises et des économies locales, la composante 1 vise également à améliorer les conditions socio-économiques à travers la croissance de revenu des populations, la création d’emploi, la création des bases pour assurer un développement local dans la région du Nord. Elle doit lever les goulots d’étranglement, les contraintes qui entravent l’optimisation des filières, transformer et moderniser les micro-entreprises déjà existantes ou en création. Les portes d’entrée de la composante 1 sont les filières. C’est pourquoi les acteurs ont pu identifier les filières qui vont permettre le démarrage effectif des activités. Plusieurs filières ont été présentées et proposées par les acteurs présents dans la salle. Avec l’appui des techniciens, notamment les directeurs régionaux de l’agriculture, des aménagements hydro-agricoles et celui des ressources animales et halieutiques, les filières ont été bien regroupées et bien expliquées aux acteurs des communes. Après examen des filières proposées, les acteurs ont pu identifier 4 filières, qui seront prises en compte dans l’exécution de la composante 1. Les filières ont été choisies par ordre de priorité et de nécessité dans la région du Nord. Il s’agit, tout d’abord, de la filière bétail-viandes, la filière maraîchère, les produits forestiers non ligneux et l’artisanat.

A la fin de cet atelier, qui a permis la validation des filières porteuses par les acteurs de développement de la région du Nord, Séni KABOU se réjouit de la démarche faite par le ministère de l’Economie, des Finances et du Développement, qui a inclus les populations locales dans le processus. « Nous repartons satisfait parce que convaincue que nous avons fait une œuvre utile. » Selon elle, l’ensemble des acteurs sont informés sur le contenu de la composante 1.

Elle confirme en ses termes : « Nous avons maîtrisé sa méthodologie et nous nous sommes approprié la composante car, désormais, nous maîtrisons tout ce qui concerne sa mise en œuvre. Dans une bonne ambiance et avec consensus, nous sommes parvenus à identifier les filières porteuses de la région du Nord. » Cela signifie que les acteurs de la région du Nord regardent tous dans la même direction, et sont tous engagés pour le développement.

(Source : Boris Wend-La sida OUÉDRAOGO, Observateur Civitac, Ouahigouya)