Tous les hommes politiques qui ont accompagné Blaise Compaoré depuis le 15 octobre 1987 et qui l’ont renié doivent demander pardon au peuple burkinabè. Ils ont vilipendé Thomas Sankara. Ils ont écrit des tracts orduriers pour l’injurier ainsi que son épouse. Ils l’ont traité de fou et de tout.