Dans cette tribune, l’abbé Cyprien Ouédraogo appelle les « intellectuels engagés, les coutumiers responsables et religieux dignes du Burkina Faso » à un dernier sursaut pour sauver le pays du chaos.