Comme chaque année, la double commémoration de la proclamation de l’indépendance et de la proclamation de la révolution réveillera des débats et rouvrira sans doute des blessures, constate Winsoma Jean Claude Somda dans cette tribune. Il souhaite que vienne bientôt le jour où les Burkinabè cesseront de se mentir à eux-mêmes et au monde, en acceptant de se donner la main pour honorer leur prestigieuse identité : citoyens de la « Patrie des hommes intègres ». Lisez plutôt